Coup de théâtre à Outreau: Franck Lavier, l’un des acquittés, retourne aux Assises pour le viol de sa fille mineure

C’est un scoop que je vous donne. Le Parquet de Boulogne-sur-Mer vient de requérir le renvoi aux Assises  de Franck Lavier, acquitté en 2005 avec douze autres accusés de viols à Outreau, pour agressions sexuelles et viol sur sa fille mineure, de source proche du dossier. On attend l’annonce de l’ordonnance de renvoi par le juge chargé de l’instruction.

La partie civile avait refusé l’option d’un jugement devant les nouvelles cours criminelles, créées par Nicole Belloubet, l’ex-garde des Sceaux, pour accélérer les dossiers judiciaires, avec seulement cinq magistrats pour juges, sans aucun juré civil.

Franck Lavier avait été mis en examen pour agressions sexuelles et viol sur sa fille mineure le 10 juin 2016, il y a donc cinq ans jour pour jour.

Il s’agit d’une véritable bombe, susceptible de remettre au cause publiquement tout le procès de 2005, même si la chose jugée ne peut plus être annulée. Seuls quatre adultes avaient été condamnés à l’époque, alors que douze enfants avaient été reconnus comme victimes de viols et indemnisés par l’Etat.

Mon libre « La pédocratie à la française » (Fabert Editions), sorti en avril, dénonce longuement cette farce de procès aux dépens des petites victimes, malmenées dans le box des accusés ( !) par les avocats des prévenus, dont Eric Dupond-Moretti, devenu garde des Sceaux d’Emmanuel Macron.

Une réflexion sur “Coup de théâtre à Outreau: Franck Lavier, l’un des acquittés, retourne aux Assises pour le viol de sa fille mineure

  • 12 juin 2021 à 06:57
    Permalien

    Voici un coup de tonnerre dans le ciel noir des crimes sexuels commis à l’égard des enfants.
    Merci à Jacques Thomet pour son immense travail de réinformation qui ,avec une poignée de confrères sauve l’honneur du journalisme trop souvent silencieux sur des faits graves.
    Tous les parents devraient lire son ouvrage(la pédocratie à la française) pour prendre la mesure du danger actuel.il existe une banalisation de l’horreur qui doit mener à leur vigilance et à leur exigence pour la création d’une nouvelle justice adaptée à ce fléau souvent minimisé,nié par les pervers et très souvent caché.
    Néanmoins, la parole des victimes qui se libère et la détermination de celles et ceux qui les défendent
    font que le mur de la criminelle omerta commence à se fissurer.
    Constatons que des faits pédocriminels connus ont pu se dérouler pendant des décennies sans émouvoir nos institutions qui ont laissé crier dans le désert les vrais défenseurs des enfants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *