Matzneff, un pédocriminel impuni pendant 40 ans par la grâce d’un État complice

Appelons un chat un chat, comme cet individu nommait une chatte une chatte dans ses publications sur ses ébats sexuels avec des fillettes.
S’il a pu publier depuis plus de 40 ans la relation quotidienne de ses CRIMES sans jamais être poursuivi, c’est qu’il a bénéficié d’une complicité permanente dans toutes les hautes sphères françaises : les écrivains (Sartre, de Beauvoir, Aragon, Sollers et consorts), les pseudo-intellectuels, les patrons de presse (notamment celui de Libération, Serge July, toujours à l’antenne), leurs journalistes (comme Guillaume Durand encore cette nuit), les éditeurs (dont Gallimard), les membres du prix Renaudot (Giesbert, Beigbeder, Besson, Le Clézio entre autres), les politiques (tous dont Jack Lang) et la justice.
L’Etat dans son entier corpus est coupable.
Avant même la sortie en janvier du livre Le Consentement par sa victime Vanessa Springora (14 ans à l’époque), GM est déjà enterré dans les coulées de dégoût que provoquent sur les réseaux sociaux ses œuvres méphitiques. Inutile donc ici de tirer sur une ambulance, d’autant que j’avais déjà violemment dénoncé ses écrits immondes en 2013 dans mon livre d’investigation «  Retour à Outreau – Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle »(KontreKulture). Tous les médias avaient boycotté mon livre, pourtant jamais poursuivi.
Si le code pénal avait décrété l’imprescriptibilité des crimes, au lieu d’en effacer les poursuites au bout de dix ans, nous pourrions assister à une révolution judiciaire historique grâce à cette prise de conscience générale et inespérée. Non seulement tous les auteurs de viols d’enfants seraient poursuivis, mais leurs complices également, et là il faudrait rebâtir la chaîne de la justice. Vaste programme… car comment ne pas incriminer en premier lieu, avant l’intelligentsia déjà citée, tous les procureurs pour NON DÉNONCIATION de crimes et COMPLICITÉ ? Aucun d’entre eux, alors que le ministère public a pour devoir de défendre les citoyens et d’appliquer la loi, n’a jamais engagé la moindre poursuite contre GM, ni contre tant d’autres violeurs d’enfants malgré les preuves publiques (cf. cet ancien ministre français « poissé avec des mineurs au Maroc », selon Luc Ferry sur Canal+) et/ou les blancs des RG (cf. Cet ancien ministre de la Culture et ses culbutes de garçonnets dans le Sud-Est).
Un exemple de l’impudeur des politiques face à la pédocriminalité. Jacques Toubon, ex-ministre gaulliste, nommé défenseur des Droits en 2014 par François Hollande :
Le 21 mars 1995, à l’occasion du Salon du Livre, Jacques Toubon, ministre de la Culture du gouvernement Balladur, remettait à Gabriel Matzneff l’insigne d’officier des arts et des lettres sous les ors de son ministère. Une décoration officielle qui récompense « les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. » Jacques Toubon avait d’ailleurs rappelé à cette occasion que « Gabriel Matzneff occupe une place particulière dans la République des Lettres. »
Sans commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *